Lijiang

Jean-Charles ayant goûté aux bienfaits de la relaxation à la chinoise (sans extra m’affirme-t-il!), c’est à Lijiang, où nous sommes arrivés hier, qu’il a pu se frotter aux plaisirs évanescents de la bière locale.

Lijiang, 2500 m d’altitude, planté au milieu des montagnes ; Vous, femmes qui me lisez, le paradis perdu était ici : La terre des Naxis ou les vestiges d’une des dernières sociétés matriarcales… Une vieille ville pleine de venelles et canaux sinueux déambulant entre les habitations traditionnelles naxis de bois et de pierres. Tout ceci pourrait sembler en tout point idyllique si le coeur de la ville n’était pas exclusivement gorgé d’échoppes et de magasins en tout genre où se ruent littéralement des hordes de touristes chinois en mal de consommation et de loisirs. Les maisons naxis sont donc totalement converties en Mecque du shopping le jour et discothèques la nuit… Le tout dans une effervescence qui frise le brouhaha cacophonique.

img5492.jpg

img5511.jpg

img5504.jpg

img5503.jpg

img5525.jpg

img5495.jpg

img5516.jpg

img5522.jpg

img5510.jpg

img5535.jpg

(Notre hôtel)

img5533.jpg

(Notre dégustation du vin du Yunnan…)

img5547.jpg

Forts de notre expérience vélocycliste de Dali, nous avons donc à nouveau enfourché nos montures à deux roues pour partir explorer les alentours de Lijiang à la recherche de monastères cachés à flanc de montagne. Une petite halte sur la route au village de Baisha où le fameux Docteur Ho (articles et brochures de journaux devant la facade de sa maison : TF1, Liberation, Le Monde… à l’appui) nous appalgue à bon escient pour un brin de causette puisque je m’empresse alors de remettre mon sort entre ses precieuses mains d’édifiant herboriste. Autour d’un thé, je lui expose cette satanée conjonctivite épisodique qui sévit à nouveau en ce jour pluvieux, qui ne me quitte plus depuis des semaines et semble totalement refractaire aux antibiotiques.

img5567.jpg

img5566.jpg

img5564.jpg

 img5568.jpg

Dr Ho

Une ordonnance d’une mystérieuse décoction à prendre 3 fois par jour pendant un mois, on emballe le précieux antidote et nous voilà repartis vers les monastères en compagnie de Julien de Clermont-Ferrand. Une pluie battante nous stoppe net malgré un équipement (cape de pluie) qui se voulait approprié et l’on retourne, rincés, vers Lijiang, après une petite prière a Bouddha, quelques offrandes et deux ou trois encens, en espérant trouver demain un ciel plus clément pour l’ascension du mont au nom si évocateur… la montagne du Dragon de Jade.

img5555.jpg

(Jeannot le mécano réparant la roue crevée du vélo de Jean-Charles)

img5573.jpg

img5570.jpg

img5585.jpg

img5583.jpg

 

Commentaires:

2 Réponses à “Lijiang”

  1. MAMAN
    MAMAN écrit:

    tu m as pris un remède pour le dos? Et as tu pensé à ton père qui avec ses petits bras doit finir une maison?

  2. Anonyme
    Anonyme écrit:

    Quoi?!?

    Toi tu as pris une potion non médicale d’un herboriste !!
    Eh beh, impréssionnant…

Laisser un commentaire

«
»